Comment l'argent affecte le cerveau ?

Comment l'argent affecte le cerveau ?

Publié le :

La façon dont nous concevons l'argent peut nous aider, ou à l'inverse nous desservir, à bien gérer nos finances. De nombreuses études révèlent des informations intéressantes sur notre cerveau et sur la manière dont nos croyances et nos pensées peuvent influencer nos décisions quotidiennes en matière d'argent.

L'argent peut amener les gens à faire des choses vraiment irrationnelles, parfois même dangereuses. D'autres prennent simplement de mauvaises décisions lorsqu'il y a de l'argent en jeu. Qu'arrive-t-il donc exactement au cerveau humain lorsque l'argent entre en jeu ?

Kabir Sehgal, ancien vice-président de J.P. Morgan et auteur de Coined : "The Rich Life of Money and How Its History Has Shaped Us", écrit dans le Harvard Business Review sur le rapport entre l'argent et les neurosciences. Au milieu des années 2000, écrit M. Sehgal, les neuro-scientifiques ont commencé à utiliser des appareils d'imagerie par résonance magnétique (IRM) pour observer quelles zones du cerveau sont stimulées lorsque les gens prennent des décisions financières.

Les résultats de multiples études ont donné des résultats incroyables. Vous trouverez ci-dessous les résultats les plus intéressants sur la façon dont l'argent affecte le cerveau.

1. Les IRM révèlent les personnes sujettes à avoir des comportements à risque

Une étude de la Stanford Graduate School of Business s'est penchée sur les raisons pour lesquelles les investisseurs prennent des décisions financières irrationnelles. Les chercheurs ont découvert qu'ils pouvaient prédire si un participant choisirait d'acheter un titre plus risqué, comme une action, ou moins risqué, comme une obligation, simplement en scrutant son cerveau. Les sujets qui avaient une stimulation naturellement élevée de leur noyau accumbens achèteraient très probablement l'action (plus risqué).

zones cerveau

2. Les liens avec les sentiments

Vous arrive-t-il d'avoir un "instinct" à propos d'un investissement ou d'une transaction ? Des recherches ont montré que l'instinct a une véritable base physiologique. Dans une étude, des chercheurs ont scanné le cerveau de volontaires pendant qu'ils jouaient au "jeu de l'ultimatum". Le jeu se déroule comme suit : Un joueur propose un marché pour partager un pot d'argent. Soit la personne répondant accepte et les deux parties reçoivent la part dont ils ont convenue, soit le répondant n'accepte pas l'accord et aucune des parties ne reçoit d'argent.

l'effet de l'argent sur les emotions, petites balles jaunes avec differents sourires

Les chercheurs ont découvert que le fait de recevoir une proposition juste sur la manière de partager l'argent active le cortex préfrontal de l'individu qui répond. Cette partie du cerveau est responsable de la conscience de soi, de la réflexion, et de la résolution de problèmes complexes. Cependant, si le répondant reçoit ce qu'il considère comme une proposition injuste, cela active l'insula antérieure, une partie de ce que Sehgal appelle "le câblage émotionnel du cerveau", responsable des sentiments de faim, de douleur et d'anxiété. Cela se traduira par une sensation désagréable dans le ventre, c'est ce que nous ressentons comme l'instinct. Il est donc intelligent d'écouter notre ventre car c'est le siège de nos émotions, et il sait plus précisément que nous lorsque nous sommes en train de perdre au change.

3. Le manque d'argent peut générer un stress perturbant les fonctions cognitives

stress manque argent fonction cognitivesLorsque vous n'avez pas assez d'argent, vous ne pensez pas aussi clairement.
Si vous ne disposez pas de l'argent dont vous avez besoin pour payer vos factures et faire face à vos dépenses courantes, quelque chose d'étrange arrive à votre cerveau. En raison du stress induit par la rareté des ressources financières, vous pouvez en fait perdre certaines capacités liées à votre fonctionnement cognitif. Cela signifie que vous êtes moins capable de traiter des informations, d'analyser, et de hiérarchiser des besoins contradictoires ou de prendre des décisions à long terme.

Pyramide de MaslowL'argent nous permet aujourd'hui d'obtenir de quoi assurer nos besoins physiologiques et psychologiques fondamentaux tels que la nourriture et la sécurité. Ce sont les fondations de la pyramide de Maslow, menant à la réalisation de soi. Sans argent, nous entrons facilement en stress car nous devons assurer nos besoins vitaux en priorité afin de pouvoir nous épanouir.

En 2013, les chercheurs ont mené deux études différentes. L'une des études concernait les clients d'un centre commercial du New Jersey à qui l'on a demandé d'envisager un problème hypothétique, comme par exemple comment payer une réparation de voiture. On leur a ensuite confié des tâches spatiales et de raisonnement sans rapport les unes avec les autres.

  • Dans l'étude, les personnes à faible revenus ont obtenu de mauvais résultats pour ces tâches sans rapport avec le problème si le coût de la réparation de la voiture était élevé.
  • Elles ont obtenu de meilleurs résultats lorsqu'on leur a dit que le coût de la réparation était moins élevé.
  • Les participants aux revenus plus élevés ont obtenu de bons résultats, quel que soit le coût des réparations hypothétiques. Le stress plus important ressenti par les participants aux revenus faibles face à des coûts de réparation élevés semble avoir affecté leurs capacités à effectuer d'autres types de tâches.

Dans le cadre d'une autre expérience menée à l'autre bout du monde, on a demandé à des cultivateurs de canne à sucre indiens d'effectuer une série de tâches avant leur récolte, lorsqu'ils étaient pauvres, et après la récolte, lorsqu'ils étaient riches. Les agriculteurs ont obtenu de meilleurs résultats dans les tâches cognitives après la récolte qu'avant. Les chercheurs ont conclu que les préoccupations liées à la pauvreté laissent moins de ressources mentales pour d'autres types de tâches.

Vous n'êtes très probablement ni un acheteur du New Jersey ni un cultivateur de canne à sucre du Tamil Nadu. Cependant, votre cerveau réagit de la même manière au stress financier. Lorsque vous manquez de ressources pour payer vos factures et faire vos courses, ou pour faire face à une crise financière quelconque, une grande partie de vos capacités cognitives est mobilisée pour trouver une solution au problème. Cela signifie, bien sûr, qu'il vous reste moins de capacités cognitives pour prendre des décisions dans d'autres domaines de votre vie.

Dans la mesure du possible, évitez de prendre des décisions importantes dans n'importe quel domaine de votre vie lorsque vous subissez un stress financier, qu'il soit temporaire ou prolongé. Essayez de vous donner plus de temps, et demandez de l'aide si possible jusqu'à ce que votre situation financière soit résolue. Réalisez que le stress financier aura un effet direct sur vos capacités cognitives et que les tâches normales peuvent vous sembler plus difficiles.

4. Trop d'argent peut vous amener à penser que tout vous est dû et à diminuer votre empathie

homme qui souris avec une pluie de billetsVous travaillez dur pour gagner votre argent et donc, dans un sens, vous méritez les avantages que vous en tirez. Cependant, les autres avantages dû à la chance ne sont pas quelque chose que vous gagnez ou méritez. En revanche, lorsque vous êtes en bonne santé financière, vous avez tendance à vous attribuer le mérite de toutes les bonnes choses qui vous arrivent, même si cela n'a aucun rapport avec votre travail acharné ou l'intelligence dont vous avez fait preuve pour amasser cet argent.

En 2012, le psychologue Paul Piff a mené une expérience sur l'impact de la richesse sur le comportement éthique. En poste à l'université de Californie, à Berkeley, Piff a fait jouer plus de 100 participants à une partie de Monopoly. Quiconque a déjà joué au Monopoly avec des membres de sa famille en compétition sait à quel point cela peut être dangereux. Dans cette situation, cependant, un joueur n'avait presque aucune chance de gagner car les deux joueurs ont reçu des règles différentes.

Le joueur 1 a reçu 2 000$ en début de partie puis 200$ à chaque fois qu'il passait la case départ. il avait également le droit de lancer deux dés. Le joueur 2, par contre, n'a reçu que 1 000$ en début de la partie, ne recevait que 100$ à chaque fois qu'il dépassait la case départ, et ne pouvait lancer qu'un seul dé. L'ambiance du jeu était intéressante ; au fur et à mesure que les joueurs avançaient, le joueur avantagé devenait de plus en plus dominant et grossier envers l'autre joueur, frappant les pièces autour du plateau et célébrant bruyamment sa victoire.

Que cela signifie-t-il ?

Cela signifie que, si vous êtes humain (et nous supposons que vous l'êtes), vous êtes également soumis à ce type d'attitude mentale lorsque vous avez beaucoup d'argent. Ce biais cognitif pourrait facilement affecter votre avenir financier en vous amenant à traiter votre argent avec désinvolture en supposant que tout se passera pour le mieux.

L'effet que cette réaction mentale peut avoir sur la façon dont vous traitez les autres est peut-être plus effrayant. Une étude réalisée en 2012 par "The Chronicle of Philanthropy" a montré que, étonnamment, les ménages à faibles revenus donnent une plus grande partie de leurs revenus discrétionnaire à des œuvres de bienfaisance que les riches. En d'autres termes, non seulement l'abondance d'argent peut vous faire penser que vous méritez intrinsèquement tous les avantages que vous avez, mais elle peut aussi vous faire penser que les autres ne les méritent pas... du moins pas autant que vous.

main generosite

Il est facile, et presque automatique, de se sentir invincible lorsque l'on est en bonne situation financière. Mais ce sentiment d'invincibilité peut vous empêcher de prendre des décisions prudentes, de faire des investissements judicieux, etc. Vous pouvez également devenir moins généreux et moins sensible aux besoins des autres si vous vous sentez assez riche.

La générosité est toutefois un moyen essentiel pour renforcer votre réseau social et construire une structure de soutien qui vous accompagnera même dans les moments difficiles. Vous ne devez jamais supposer que vous aurez toujours les avantages de la richesse, ou qu'ils vous sont inhérents d'une manière ou d'une autre.

5. Les réflexions sur l'argent atténuent la douleur et la détresse sociale

doigt eauL'argent est important, et nous ne prétendons pas le contraire. Mais vous savez que l'argent n'est pas la seule chose qui compte dans la vie. Vous pouvez avoir beaucoup d'argent, mais sans un travail épanouissant et des relations profondes, vous passerez à côté de ce qui est essentiel pour une vie heureuse. Malheureusement, votre cerveau est souvent convaincu du contraire et considère l'argent comme un substitut à cette connexion. Comme s'il s'agissait d'un moyen valable de soulager la douleur.

Dans une étude de 2009 sur l'impact de l'argent sur la douleur et la détresse sociale, les participants ont été invités à se rendre dans un laboratoire où on leur a dit qu'ils seraient soumis à un test de dextérité des doigts. Un groupe a été chargé de compter une pile d'argent, l'autre groupe a dû compter des feuilles de papier vierge. Après avoir compté, certains des participants ont été invités à mettre leurs doigts dans un bol d'eau chaude de 50°C et à évaluer leur niveau d'inconfort.

Les résultats ?

Les participants qui ont compté de l'argent ont exprimé des niveaux d'inconfort beaucoup plus faibles que ceux qui ont compté des feuilles de papier. L'étude, combinée à des recherches antérieures, met en évidence une étrange tendance à assimiler l'argent à la force, à l'acceptation, et au lien social.

Lorsque vous avez beaucoup d'argent, soyez conscient de la tendance à vous concentrer sur votre richesse et à ignorer les autres besoins de votre vie. Il est bon d'avoir des choses qui vous font sentir bien, et il n'y a rien de mal à apprécier votre sécurité financière. Cependant, faites des efforts, réfléchissez et prêtez attention aux relations et à la communauté qui vous entoure. Car ces relations sont durables et feront bien plus pour vous que l'argent ne pourra jamais le faire.

6. Vous pensez que l'argent permet de tout obtenir

Il peut être intimidant de demander de l'aide à d'autres personnes. Vous ne voulez pas être un fardeau. Vous ne voulez pas déranger les gens. Et vous ne voulez pas que les autres vous aident par obligation, alors qu'en secret, ils se plaignent du retard et de l'effort. Il est plus facile de demander de l'aide aux gens lorsque vous pouvez leur offrir quelque chose en retour ; de cette façon, vous pensez que ce n'est pas tant de l'aide que du commerce. Et quoi de mieux pour faire du commerce que de l'argent liquide ?

cle du succes

Les recherches passées ont montré que les gens ont tendance à sous-estimer leur capacité à obtenir l'aide d'autres personnes, ou, en d'autres termes, à dire oui à tout ce qui est demandé. Dans cinq études différentes, les chercheurs ont montré que les demandeurs ne sous-estiment pas autant leur capacité à obtenir l'aide d'autres personnes lorsqu'ils sont en mesure d'offrir de l'argent en échange.

Dans les différentes études, il a été demandé aux participants de faire une petite demande aux autres ; avant de le faire, il leur a été demandé d'estimer la probabilité de succès de leur demande. Lorsque les participants savaient qu'ils pouvaient offrir une incitation monétaire en échange de la demande, ils étaient beaucoup plus précis dans leurs prévisions. En d'autres termes, les participants ont assimilé la capacité d'offrir de l'argent à leurs propres chances de succès. Il est également intéressant de noter que la possibilité d'offrir de l'argent a permis aux participants de se sentir plus à l'aise pour faire une demande.

Vous pensez peut-être qu'il faut offrir de la valeur, en particulier de l'argent, pour obtenir de la coopération et de l'aide. Cependant, si l'argent est une motivation, il n'est pas le plus puissant des facteurs de motivation, loin s'en faut. Les études ont montré que l'incitation monétaire aidait les demandeurs à évaluer plus précisément leur propre capacité à obtenir de l'aide. En réalité, cette capacité a toujours été présente ; mais ils ne pouvaient pas la voir avec précision tant qu'ils n'avaient pas d'argent en main à offrir.

7. Argent et Cocaïne : Des effets similaires

cocaineL'effet de l'argent sur votre cerveau est similaire à celui de la cocaïne, explique Kabir Sehgal, auteur du livre Coined. Dans ce livre, il examine les effets neurologiques de l'argent, et comment celui-ci pourrait éventuellement être utilisé pour prédire les marchés boursiers.

Les neuro-économistes (des scientifiques qui étudient comment le cerveau est affecté par l'argent) ont effectué plusieurs scanners du cerveau sur des personnes qui étaient sur le point de gagner de l'argent, et les résultats ont été stupéfiants, dit Sehgal. Les études montrent que ces personnes avaient la même réaction neurologique à l'idée de gagner de l'argent qu'une personne qui était sous l'emprise de la cocaïne !

Lorsque vous négociez de l'argent, votre noyau accumbens, une partie du cerveau liée aux circuits de récompense, est stimulé. Dans une étude, des chercheurs ont scanné le cerveau de 12 personnes alors qu'elles jouaient à des jeux d'argent. Tous les membres du groupe ont connu une "activité neuronale accrue", écrit Sehgal, en particulier dans le noyau accumbens. Lorsque les chercheurs ont comparé leurs scanners cérébraux avec ceux de toxicomanes qui étaient sous cocaïne, ils ont constaté qu'ils étaient presque identiques. "Comme la nourriture motive les chiens, l'argent motive les gens."

Grâce à l'utilisation de scanners cérébraux, les neuroéconomistes sont déjà capables de reconnaître les goûts et les aversions des gens. Cela en a conduit certains à penser que dans les prochaines décennies, il sera possible de prédire les hauts et les bas de la bourse sur la base de ces scanners. Selon M. Sehgal, un certain nombre de fonds spéculatifs engagent déjà des traders sur la base de leurs scanners cérébraux. L'objectif de ces scans est d'engager quelqu'un qui ne prend pas de risques financiers.

8. Notre perception de l'argent varie selon ce à quoi nous le destinons

enveloppe argent
  1. Imaginez que vous venez d'arriver au cinéma et que, vous fouillez dans votre poche pour prendre le billet d'entrée que vous avez acheté à l'avance sur internet. Il vous a coûté 10€ mais vous découvrez qu'il a disparu. Allez-vous débourser 10 euros supplémentaire et racheter un billet pour aller voir votre film ?
  2. Imaginez maintenant que vous n'avez pas acheté votre billet à l'avance, vous arrivez au guichet et découvrez que vous avez égaré un billet de 10€ durant le trajet. Allez-vous quand même acheter votre billet de cinéma ? 

Kahneman & Tversky ont utilisé cette hypothèse dans une recherche menée en 1983. Bien que dans les deux cas la somme d'argent perdue soit égale à 10€, plus de personnes (88 %) étaient prêtes à acheter un billet dans le second cas, par rapport au premier. Dans le premier scénario, seuls 44% étaient prêts à remplacer le billet manquant, estimant que le coût pour voir le film avait doublé. Pourquoi ? Puisqu'il provenait de l'argent (mentalement) alloué aux films, ce qui n'était pas le cas de l'argent perdu.

Cette recherche explique pourquoi les petits gains exceptionnels, comme un gain de loterie de 50€ ou un cadeau en espèces d'un ami, sont plus susceptibles d'être dépensés facilement : car ils sont considérés comme des gains inattendus, plutôt que comme un revenu régulier. En divisant mentalement notre argent, nous ignorons essentiellement le fait que l'argent est fongible, c'est-à-dire que tous les fonds sont identiques et interchangeables.

Ce phénomène nous aide également à comprendre pourquoi nous avons tendance à traiter les paiements par carte de crédit différemment des paiements en espèces. Tout d'abord, les cartes de crédit "découplent" l'achat du paiement, en séparant les deux et en retardant le paiement à un moment ultérieur. Deuxièmement, elles rendent les coûts individuels moins importants ; un achat de 50€ sur une facture totale de 1 000€ a moins d'impact qu'un achat de 50€ seul. Cela est dû à l'aversion pour les pertes. C'est-à-dire que, dans notre esprit, les pertes sont plus importantes que les gains, et nous cherchons généralement des moyens de les rendre moins perceptibles, ce qui explique l'intérêt que nous portons envers les cartes de crédit.

9. Nous ne nous fixons pas les mêmes limites selon le mode de paiement (argent liquide vs cartes de crédit)

Les chercheurs du MIT (Prelec & Simester, 2001) ont étudié le consentement à payer en utilisant à la fois des cartes de crédit et de l'argent liquide. Ils ont mis en place une vente aux enchères de billets d'entrée pour des événements sportifs et ont limité le mode de paiement à l'argent liquide ou à la carte pour chaque participant. Il est intéressant de noter que les participants utilisant des cartes de crédit étaient prêts à payer presque deux fois plus que ceux qui payaient en espèces. Autrement dit, leur consentement à payer était presque multiplié par deux ! Ces résultats ont été corroborés dans un certain nombre d'études (Raghubir & Srivastava, 2008 ; Finkelstein, 2009) ; en d'autres termes, nous sommes prêts à dépenser davantage lorsque nous utilisons des cartes de crédit.

collection tirelires adultes design

Le concept de "Douleur de payer" :

Ce comportement de dépense peut s'expliquer par la douleur de payer - l'impôt moral (détresse émotionnelle) que nous ressentons lorsque l'argent est dépensé. En utilisant une combinaison de techniques d'imagerie cérébrale, d'amorçage et de placebos dans une série d'expériences, Nina Mazar et ses collègues (2016) ont découvert que la douleur de payer n'est pas simplement un concept métaphorique, mais que les individus ressentent réellement une douleur psychologique lorsqu'ils font des achats monétaires. Ils ont trouvé des preuves que l'anticipation du paiement en argent (la décision d'acheter) active effectivement les régions de traitement de la douleur dans le cerveau, bien que celles-ci soient associées à une douleur affective d'ordre supérieur, et non à une douleur somatosensorielle (c'est-à-dire physique). Lorsque les participants ont été préparés à la douleur affective, leur consentement à payer a diminué, ce qui confirme encore la nature affective de la douleur de payer.

Les cartes de crédit encouragent les dépenses parce qu'elles réduisent la douleur de payer (ce qui est lié à l'aversion pour les pertes). Lorsque nous remettons un billet de dix euros dans un magasin, nous voyons l'argent disparaître. Une telle transparence de paiement est absente des cartes de crédit. D'une part, nous n'observons pas la disparition de l'argent. D'autre part, les cartes de crédit sont toujours rendues à leur propriétaire, ce qui renforce encore l'idée que nous ne perdons pas d'argent. Lorsque les chercheurs (Shah, Eisenkraft, Bettman, & Chartrand, 2015) ont atténué la douleur de payer, ils ont observé une diminution de l'aversion aux pertes, et une augmentation des décisions financières risquées. En rendant l'argent moins tangible, les cartes réduisent la douleur de payer, encourageant ainsi les dépenses. Vous voyez les dégâts que causeraient la disparition de l'argent liquide ?

Dans une étude aux résultats quelque peu surprenants (Bagchi & Block, 2011), les chercheurs ont étudié si la douleur de payer avait un effet sur l'achat impulsif lors d'une consommation immédiate. Dans une série d'expériences, ils ont manipulé les modes de paiement, la difficulté à gagner de l'argent, et le niveau d'indulgence (calories) que nous accordons aux produits alimentaires. Lorsque la douleur de payer était plus forte (c'est-à-dire lorsqu'ils utilisaient de l'argent liquide), les participants se laissaient aller à plus de plaisirs, ce qui suggère une tentative de compenser la douleur imputée au paiement en espèces.

Ces études donnent un aperçu de la complexité des décisions financières, au-delà des simples principes d'économie comportementale.

Le concept de "Coût d'opportunité" :

Les potentielles opportunités futures auxquelles nous renonçons (le coût) lorsque nous dépensons une ressource (argent ou temps) sont connus sous le nom de coût d'opportunité. Nous ne tenons pas toujours compte des coûts d'opportunité lorsqu'il est crucial de le faire (comme lorsque nous économisons pour acheter une voiture mais que nous dépensons notre l'argent dans un sac à main coûteux). Mais tôt ou tard la réalité nous rattrape. Les transactions en espèces nous incitent à envisager les conséquences des décisions financières que nous prenons. Lorsque vous n'avez que 10 euros dans votre portefeuille, la décision de faire un achat affecterait considérablement la possibilité d'en faire un autre, ce qui rendrait le coût d'opportunité de votre achat plus important. Les cartes de crédit ne font pas ressortir le coût d'opportunité, ce qui augmente la tendance à dépenser sans en peser suffisamment les conséquences.

Le concept d'Effet de dotation :

Bien qu'à première vue, l'argent liquide puisse sembler être la meilleure forme de paiement pour une dépense responsable, d'autres facteurs psychologiques doivent être pris en compte.

Des recherches antérieures ont établi que nous avons tendance à surévaluer nos propres biens. C'est un biais nommé l'effet de dotation. Il semble que le mode de paiement lors de l'achat peut influencer sur la valeur que nous donnons à un article. Une étude visant à déterminer dans quelle mesure nous sommes attachés aux articles que nous achetons (Shah, Eisenkraft, Bettman et Chartrand, 2015), et ce selon différents modes de paiement.
Il a été demandé aux participants, après avoir acheté une tasse à café à prix réduit, d'indiquer un prix pour la revendre. Ceux qui avaient payé en espèces ont demandé près de 3 dollars de plus que ceux qui avaient utilisé une carte de crédit, ce qui suggère que nous accordons plus de valeur, et que nous sommes plus attachés, aux achats effectués en espèces (effet de dotation).

11. Comment tirer parti de ces biais cognitifs

cerveau connecte

La recherche comportementale a permis de découvrir les différentes façons dont nous concevons l'argent. Ces connaissances peuvent être utilisées pour "hacker" nos comportements afin d'en tirer un bien-être financier et mental.

Tirer parti de la catégorisation mentale de l'argent

La Banque mondiale a mené une étude au Kenya pour augmenter l'argent alloué aux dépenses de santé. Elle a fourni aux habitants des boîtes métalliques verrouillables, une clé et un livret pour enregistrer les objectifs d'épargne et les dépôts. L'étude a révélé que, outre la fixation d'objectifs et le renforcement de la sécurité, le fait d'étiqueter l'argent pour un usage spécifique empêchait de l'utiliser à d'autres fins, d'où l'effet d'étiquetage. En exploitant la comptabilité mentale, ou comment catégoriser l'argent en différents budgets influe sur notre perception, les chercheurs ont réussi à faire augmenter l'épargne moyenne des participants.

La douleur du paiement varie selon le mode et le moment du paiement.

En choisissant le mode de paiement le plus adapté à notre situation, nous pouvons maximiser notre bien-être et notre satisfaction. Dans une enquête évaluant le plaisir de visiter un club de santé en comparant un forfait mensuel à des paiements horaires, les personnes interrogées ont estimé que le forfait mensuel conduirait à un plus grand plaisir (Prelec, 2009). Le pré-paiement pour une expérience continue peut réduire les rappels répétés du coût, ce qui n'est pas le cas dans un système de paiement à chaque séance. Le paiement par carte de crédit réduirait encore plus la douleur de payer dans ce scénario. Pour les dépenses générales effectuées par carte de crédit, la mise en place de notifications textuelles contenant des informations sur le montant dépensé et le solde restant peut rendre la douleur de payer et le coût d'opportunité plus évidents, facilitant ainsi de meilleures décisions financières.

 


Commentez l'article :
"Comment l'argent affecte le cerveau ?"

Veuillez noter que les commentaires doivent être approuvés avant d'être affichés